Bonjour à toutes et à tous, je m’appelle Nicolas et je vous souhaite la bienvenue dans Point de Bascule. J’ai passé la majeure partie de ma vie à ne pas m’intéresser aux enjeux climatiques et environnementaux.

D’abord, je ne savais pas s’il y avait vraiment un réchauffement global. Et même en admettant le réchauffement, j’ai longtemps cru qu’il n’y avait pas de consensus scientifique, sur la responsabilité humaine dans le changement climatique actuel. Le climat a toujours changé non ?

Ensuite, j’ai compris qu’il y avait un réel souci mais je me disais tout de même qu’on saurait s’en sortir. Ce n’est pas aussi grave, si ?

J’avais quand même de bonnes raisons d’être serein : l’humanité en a vue d’autres. Les progrès réalisés par l’homme sont faramineux en termes d’infrastructures, de santé et de confort, d’accès à l’eau et à la nourriture, d’accès à l’éducation, d’informatique. Est-ce qu’on ne pourrait pas dire que le but de l’Homme, c’est le progrès ? Ne pourrions-nous pas légitimement penser que la technique saura répondre à nos problèmes ?

En gros, je me disais qu’il n’y avait pas de consensus, que ce n’était pas si grave et pas si compliqué à régler. Alors le réchauffement climatique, on va réfléchir un peu, et si c’est vraiment nécessaire, OK on va émettre moins de gaz à effet de serre.
..

J’avais tort sur les trois points, il y a un consensus scientifique indéniable sur le caractère anthropique du réchauffement global observé, la situation est très grave et il n’y a pas de solutions miracles.
Mon parcours : un point de bascule individuel

S’intéresser sérieusement aux questions environnementales c’est ainsi prendre le risque de changer radicalement sa vision du monde et des possibles : son alimentation, ses projets de voyage, de carrière, de loisirs, sa vision même de la société et de la vie.

On peut même développer une forme d’anxiété face aux promesses effrayantes du siècle.

Le danger : les points de bascule climatiques

En sciences du climat, les points de bascule sont des seuils où un changement d’apparence mineur peut faire basculer le système climatique dans un état complètement nouveau.

Le truc un peu inquiétant c’est qu’il y a en a un paquet des points de bascule climatiques et pour plusieurs d’entre eux on fonce dedans à pleine vitesse.

Ça ce sont les points de bascule négatifs, ceux qu’on veut éviter – c’est la goutte d’eau qui fait déborder un vase à moitié rempli.

L’objectif : le point de bascule sociologique

Selon moi, le motif d’espoir, c’est que le changement social est également non linéaire. Les visions du monde d’individus et de la société changent en fonction de points de bascule plutôt que de manière progressive.

Il n’est pas nécessaire de convaincre 100 % des gens ni même 51 ou 30 %, il faut atteindre ces fameux points de bascule dans la société pour que le reste de la société suive.

C’est nécessaire de changer individuellement, d’être cohérent et exemplaire mais l’objectif c’est de changer la société.

Avec ces entretiens et le blog associé je veux participer à la prise de conscience de la société.